Les doigts de Francis et la clé à molette de Georges : Quand la recherche en littérature populaire arabe était une affaire d’avant-garde

Des gars et des rendez-vous

Ceux qui connaissent Sīrat al-Malik al-Ẓāhir Baybarṣ1 savent que le négociant d’esclaves ʿAlī Ᾱghā al-Warraq n’a pas trouvé par hasard un garçon malade dans un hammam de Bursa au nord de la Turquie. Pourtant ʿAlī Ᾱghā, au moment où il tombe sur ce garçon, oublie que le roi Ayyūb le lui avait décrit. Quelques mois plus tôt, au Caire, ce dernier lui avait demandé d’acheter un esclave au corps souffreteux à l’image du sien – et de celui l’Orient du XIIIe siècle ravagé par les invasions mongoles. Ainsi sans le savoir, ʿAlī avait rendez-vous avec le jeune Maḥmūd. Maḥmūd, quant à lui, avait rendez-vous avec son nouveau prénom qu’il allait rencontrer peu de temps après à Damas où il sera rebaptisé Baybarṣ. Et Baybarṣ, on le sait, avait rendez-vous avec l’Histoire. De là dire que Georges Bohas et Katia Zakharia allaient par hasard éditer et publier le premier volume de la Sīra en 2000, à la jonction de deux siècles, ne convaincra pas grand-monde parmi les lectrices et lecteurs de la Sīra, aussi cartésiens soient-ils ! Cette œuvre qui a mobilisé deux générations de chercheuses et chercheurs et dont la parution du dix-huitième et dernier volume est imminente, marque un changement de paradigme : jamais les études arabes, orientalistes ou arabophones, n’avaient consacré vingt-et-un ans (2000-2021) d’efforts à l’édition de cahiers de conteurs populaires, pour les publier « dans leur jus culturel » avec un respect scrupuleux du registre moyen-arabe qui caractérise leur expression. Une version jusqu’ici inédite de la légende de Baybars/ṣ existe désormais bel et bien. Elle nous apprend la richesse et la complexité du champ syrien en matière de littérature chevaleresque populaire, après de longues décennies où cette littérature relevait pour la recherche – quand la recherche daignait s’y intéresser – prioritairement du domaine égyptien. Elle met par ailleurs à la disposition des linguistes un corpus exceptionnel de plus de dix millions de signes en moyen-arabe damascène du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Enfin, portée par un réseau d’institutions de choix (Ifpo, ENS, Sorbonne, CNRS, ANR, et d’autres) cette œuvre scientifique arrache une bonne fois pour toute cette littérature à sa position d’objet de recherche marginal et ouvre la voie à d’autres travaux d’ores et déjà en train de s’organiser.

Tout cela colle merveilleusement bien avec un changement de siècle et d’ère. Mais n’est-ce pas trop beau pour être vrai ? Même avec un chiffre bien rond comme celui de l’an 2000 et même si l’on pouvait plaisamment poursuivre la série des rendez-vous jusqu’à l’écriture de ce billet, en passant par le montage du programme ANR LiPoL (Littératures populaires du Levant), je ne saurai vous cacher très longtemps qu’il a fallu aux protagonistes de cette histoire de forcer la main au destin pour que ces hasards prodigieux continuent à se produire.

Rappelons tout d’abord que le rendez-vous de 2000 avait été précédé d’une autre expérience très ambitieuse et inachevée : la publication de la traduction française du manuscrit alépin de la Sīra, dévoilé grâce au regretté Šafīq al-Imām, alors conservateur du musée des arts et traditions populaires de Damas (Matḥaf al-taqālīd al-šaʿbiyya). Cette traduction par Georges Bohas et Jean-Patrick Guillaume, publiée chez Sindbad puis chez Actes-Sud à partir de 1983, a été suspendue quinze ans plus tard, en 1998 au volume 10, couvrant ainsi à peine un sixième du manuscrit. Quand Bohas discutait en 1975 avec Šafīq al-Imām du sort de ce manuscrit et des perspectives qu’ouvrirait sa traduction2, la littérature scientifique dans ce domaine en était encore au constat que Rudi Paret avait formulé en 1960 dans l’article « Sīrat Baybars » que l’Encyclopédie de l’Islam garde d’ailleurs précieusement comme une pièce de musée :

« Au goût inculte des auditeurs (la Sīra en effet, était, à l’origine, destinée à la récitation et non à la lecture) répondent des plaisanteries et des jeux de mots lourds ainsi que des situations au comique primitif. Le tout s’appuie sur une vision islamique du monde. Les adversaires de l’Islam, Chrétiens ou autres, dans la mesure où ils ne se convertissent pas par la suite, sont peints sous les couleurs les plus noires. Un fanatisme détestable donne la note fondamentale. »3

Pour beaucoup de savants du XXe siècle4, s’intéresser à une œuvre jugée médiocre comme la Sīra relevait, au-delà du mauvais goût, d’une défaillance scientifique. Voici donc ce que risquaient les jeunes Bohas et Guillaume en 1983 en reformulant dans la langue de Molière cette « vision islamique du monde ». En dépit de quelques retours positifs ayant accompagné la parution des dix volumes traduits, ce projet paraissaient en effet pour beaucoup comme une lourde plaisanterie et on ne s’étonnera pas de voir Bohas et Zakharia contraints, en 2000, de justifier leur démarche dès la deuxième ligne de l’introduction du premier volume de la Sīra damascène :

« Notre lecteur pourrait s’interroger à propos de ce qui a poussé deux chercheurs travaillant dans des universités françaises, le premier étant spécialiste de didactique, grammaire et linguistique, la seconde de littérature patrimoniale, à publier l’un des manuscrits de Sīrat Baybarṣ en gardant son texte tel qu’il est, sans améliorations ni corrections, et ce malgré le fait que [la langue de] ce manuscrit s’écarte régulièrement de la grammaire canonique de l’arabe. »

La suite de cette introduction prend les allures d’une défense préventive qui culmine, page 15, dans une section intitulée « remarque importante » (mulāḥaẓa hāmma) dans laquelle le titulaire de la chair de linguistique arabe à l’ENS de Lyon et la Professeure de littérature arabe de l’université Lyon 2 expliquent patiemment et avec pédagogie les raisons scientifiques et intellectuelles pour lesquelles ils ont trouvé opportun de maintenir dans leur édition, outre la langue « fautive », des termes et expressions vulgaires pouvant choquer certains lecteurs.

Vu les coups qu’avaient pris Bohas et Guillaume en préparant leur traduction quinze ans plus tôt, ces précautions n’étaient pas du luxe. Le rendez-vous de 2000 n’était en effet pas si providentiel. Les éditeurs scientifiques risquaient simplement de le manquer, et Bohas en avait conscience. Certes, l’Institut français d’études arabes de Damas (Iféad)5 était officiellement gagné à la cause puisqu’il avait acheté le manuscrit à partir duquel cette édition a débuté en 2000, mais cette démarche initiée par Thomas Herzog, alors doctorant, et Olivier Dubois, bibliothécaire, ne faisait certainement pas l’unanimité6. l’acquisition du manuscrit et la fin des travaux d’édition du volume 1, l’équipe de l’Iféad avait évolué et la direction avait changé. Bohas et Zakharia venaient de terminer les travaux d’édition des dix premiers cahiers constituant le premier volume, quand les épreuves sont tombées dans les mains d’une personnalité savante de notre communauté scientifique, en poste alors à l’Iféad. Ce savant a été outré du nombre de « fautes d’arabe » laissées par les éditeurs et a préconisé une correction globale avant d’envisager la publication.

Certes, l’intérêt pour les traditions levantines des sīra-s était récent. De nombreux spécialistes de la région et de ses littératures ne connaissaient pas encore le contenu de ces romans, et il n’est pas anormal qu’ils soient surpris en ouvrant au hasard un volume de Sīrat Baybarṣ. Mais le moyen-arabe était déjà identifié comme un registre de langue à part entière. Les tentatives de le théoriser à partir d’autres corpus avaient commencé plus de trois décennies plus tôt. Malgré cela, en 2000 encore, les milieux académiques n’étaient pas si loin des bons goûts de Paret et continuaient à méconnaître, voire à mépriser ce registre de langue ainsi que la littérature qui le véhiculait, au point de ne pas se rendre compte de sa présence dans un document et de considérer qu’un manuscrit qui emploie ce registre était simplement mal copié.

Cet incident parait plutôt anecdotique comparé à ce qui est advenu quelques semaines plus tard, quand la censure syrienne a bloqué la sortie du livre. Ce volume n’aurait en fait jamais pu être imprimé à Damas si ce n’est l’intervention auprès du Ministère syrien de la Presse, de quelques sages intellectuels de ce pays dont le regretté Adīb Ġanam. Ces derniers, sans avoir de lien avec le projet, ont expliqué aux instances de la censure que la parution d’un texte écrit dans un arabe ne respectant pas scrupuleusement la grammaire de la langue des aïeux ne relevait pas d’un complot contre le nationalisme arabe, mais d’un effort de valorisation d’une pièce précieuse de la littérature patrimoniale du Proche-Orient arabophone, qui cristallise sept siècles de mémoire collective de la région.

Le premier volume de la Sīra a enfin vu le jour. La célébration a été à sa hauteur : Jamel-Eddine Kouloughli s’est dépêché de faire un premier survol du corpus ; un colloque a été organisé à Damas7 ; Zakharia a réservé un numéro dans Arabica à la Sīra8 ; des articles ont été publiés dans plusieurs revues ; Francis Guinle, Professeur de littérature anglaise à l’université Lyon 2, fin connaisseur de Shakespeare et grand amateur de ḥakawātī-s s’est lancé dans une seconde thèse sous la direction de Zakharia…

La fête est allé crescendo pendant cinq ans et l’apport de cette euphorie du populaire a été décisif malgré son aspect éphémère. On identifie aujourd’hui clairement une « vague Baybars » qui a culminé au milieu de la décennie puis s’est estompée avant que les remous de 2011 lui donne un coup fatal. Laissons de côté les vicissitudes du temps et la mélancolie qui tombe au lendemain des grandes fêtes, l’état de santé fluctuant de Bohas pendant quelques années et la fâcherie de Zakharia qui, au septième volume, a quitté le projet. Ce dernier avait ses propres failles qu’on ne pouvait pas apercevoir immédiatement, encore moins en pleine fête.

Des manuscrits

Le grand absent de cette fête était le manuscrit. On parlait de la Sīra, des traditions de Baybars/ṣ, de narration, de langue, bref, de tout sauf de manuscrits9. En réalité, pour cette génération de chercheuses et chercheurs, le manuscrit n’était qu’un médium. Porteurs d’une tradition philologique, ceux qui se sont intéressés à la Sīra étaient des experts de textes. Ce qui les intéressait prioritairement n’était pas le manuscrit en tant qu’objet matériel témoin d’une époque, mais ce qu’il contenait. Il n’est dès lors pas étonnant que Bohas ait oublié le vrai nom du conteur surnommé Abū Aḥmad qui avait vendu à l’Iféad son manuscrit10. Bohas se souvient toutefois de deux choses. La première est qu’Abū Aḥmad aurait acheté un appartement dans la banlieue de Damas au prix de ses vieux cahiers (et ceci va avoir des conséquences sur la suite). La seconde est qu’Abū Aḥmad n’a pas été tout à fait réglo : son manuscrit était très lacunaire, alors qu’il le prétendait complet. Ces lacunes ne sont pas très importantes dans le premier tiers assemblé avec soin à partir de plusieurs collections. Elles commencent à devenir plus grandes au début du deuxième tiers, et sont colossales entre les volumes 7 et 8. C’est d’ailleurs en arrivant à ces lacunes de taille que le premier binôme d’éditeurs a connu de grandes tensions avant de se défaire. Des épisodes entiers sont de fait absents dans ce manuscrit. Il arrive qu’on perde totalement le fil dans les volumes centraux, ce qui peut rendre la lecture désagréable par moments, au mieux, inintéressante car, tronqués systématiquement, les cycles narratifs n’aboutissent presque jamais dans cette partie. Il y avait en effet de quoi s’interroger sur la pertinence de poursuivre un travail si laborieux pour un résultat désormais lacunaire. Mais Bohas avait tiré les leçons de sa traduction inachevée. Il n’était pas question pour lui de laisser tomber une seconde fois la Sīra. Il repart à Damas.

Il a fallu du temps avant que la nouvelle se répande dans les vieux quartiers, mais elle a fini par arriver aux bonnes oreilles : les Français qui avaient acheté le manuscrit d’Abū Aḥmad en cherchent un autre. L’attente n’est plus longue. Une rencontre est enfin organisée chez un antiquaire. Échaudé par la première expérience, Bohas examine de plus près les 178 cahiers d’un nouveau manuscrit ayant appartenu à un conteur connu sous le nom d’Abū Ḥātim. Il est de fait plus complet mais il lui manque un élément crucial : la fin. Ce n’est guère surprenant, la majorité des manuscrits des sīras ne racontent pas la fin de leur récit. Selon une croyance répandue en Égypte et en Syrie, le conteur qui raconte une sīra entière meurt dans l’année. D’ailleurs, si le manuscrit d’Abū Aḥmad était « complet », c’est parce que trois cahiers rédigés d’une autre main et à une date antérieure à celles des autres cahiers (1898) lui avaient été annexés. Il avait vraisemblablement fallu atteindre la fin du récit car les Français cherchaient un manuscrit complet, et il fallait choyer ces clients !

Bohas raconte dans son Itinéraire son aventure en 2009 avec le nouveau manuscrit (Bohas, 2011 : 47-50). En mettant l’accent sur les aspects scientifiques de sa démarche, il ne dit cependant pas ce qui pouvait déjà se lire entre les lignes et qui est devenu, depuis, une évidence : complets ou incomplets, avec ou sans la fin, ces manuscrits rendent dingues les gens qui s’en approchent. En 2009, l’Iféad n’existe plus, il est remplacé depuis 2003 par l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo). L’équipe change complétement, les ressources allouées à la recherche diminuent. La tentative de convaincre l’Ifpo d’acheter un second manuscrit de la Sīra devient peine perdue. Mais Bohas ne peut pas se contenter d’un refus platement administratif : il est déjà devenu un personnage de la Sīra et le fait de renoncer à ce manuscrit ne fait plus partie de ses options. Le voici qui repart en terre franque, juste le temps de convaincre le président de l’École Normale Supérieure de Lyon de l’autoriser à utiliser la dotation que lui consacrait l’Institut Universitaire de France dont il faisait partie, pour payer en liquide le prix du manuscrit. Les agents comptables de l’ENS n’avaient pas l’habitude de ce type de démarche. Cela leur paraissait sans doute dingue, mais les choses se sont faites ainsi. De retour à Damas, Bohas a déposé l’argent liquide chez l’antiquaire et est reparti avec le 178 cahiers du manuscrit d’Abū Ḥātim.

En lisant ce carnet, peut-être trouveriez-vous quelque peu déplacé le fait de qualifier un grand monsieur comme Georges Bohas de dingue, alors que d’autres qualificatifs bien plus adaptés au champ universitaire lui vont comme un gant. En effet, Bohas est un savant. Mais que dites-vous d’un gars qui, après s’être lancé dans la traduction d’un manuscrit de 36 000 pages pendant 15 ans, s’attaque à l’édition d’un second manuscrit de 25 000 pages, avant d’acheter un autre de 14 600 pages ? Et ce n’est pas tout.  Que dites-vous de ce même gars qui, ne pouvant rentrer en France avec ces pages manuscrites, achète un appareil photo numérique et passe son été à photographier le manuscrit, feuille par feuille, avant de transférer les fichiers sur un disque-dur en les renommant, fichier par fichier ?

Des photos

L’histoire aurait pu s’arrêter là. Mais avez-vous déjà vu un roman qui se termine au milieu ? L’édition de la Sīra est presque une sīra à part entière. Reprenons donc : Bohas était encore en train de cliquer sur le bouton de son appareil photos numérique quand l’antiquaire a réapparu. Ayant compris à qui il avait affaire, le marchand propose au Professeur un nouveau manuscrit de 171 cahiers. Là, deux choses sont évidentes et inextricablement paradoxales : d’une part, Bohas va certainement acheter le manuscrit (ce n’est plus lui qui décide, on l’a compris) ; d’autre part, aucune institution ne mettra plus un sou dans cette affaire.

Tout le monde le sait, dans un roman épique, il en faut plus pour décourager un amoureux. Bohas trouve une solution inspirée de Ǧamāl al-Dīn Šīḥa, personnage rusé de la Sīra dont il est fasciné. Il va échanger les deux manuscrits. L’antiquaire qui, lui, pratique ce métier à Damas depuis plus de 3000 ans comprend sans doute la manœuvre, mais qu’a-t-il à perdre si l’échange se fait sous condition d’augmenter le prix ? Bohas tire 500 € de son compte, paie l’antiquaire, rend les 178 cahiers qu’il vient tout juste de finir de photographier, charge le manuscrit du café al-Ḥiǧāz, dit « al-Ḥiǧāziyyeh », dans le pick-up du vendeur et se dépêche de rentrer à l’Ifpo pour le réceptionner. La suite vous la devinez : comme il avait désormais le geste, le professeur Bohas se met aussitôt à photographier les 21 700 feuilles du nouveau manuscrit. Trop facile. Ceux qui croyaient quelques années plus tôt que l’édition de la Sīra allait s’arrêter n’avaient rien compris.

Quand on doit photographier, dans une petite pièce à plus de 3000 km de chez soi, près de 38 000 feuilles manuscrites, seul ou presque, tous les moyens deviennent légitimes : si les coups de main amicaux pour tenir le manuscrit ouvert ne sont pas disponibles, on se sert de ce qu’on a sous la main, un bout de bois, une dalle arrachée au sol ou une clé à molette. Tout est bon pour fixer un manuscrit pourvu qu’on puisse le photographier et en sauvegarder une copie avant qu’un autre manuscrit apparaisse et qu’on soit obligé de l’échanger… ou qu’une catastrophe se produise.

Avec la possibilité de croiser trois manuscrits, l’édition prend un tournant décisif au moment même où personne, ou presque, ne s’intéresse plus à la Sīra. Un binôme temporaire Bohas-Diab se forme puis se défait (volume 8 et 9). On enregistre deux ans de retard. Les travaux avancent tout de même d’un pas sûr. Puis c’est guerre qui fait taire tout le monde. L’Ifpo avait fermé ses portes à Damas. Les deux manuscrits, celui d’Abū Aḥmad et la Ḥiǧāziyyeh restent sur place et deviennent inaccessibles. Dans son coin à l’ENS de Lyon, Bohas se met à éditer seul les volumes 10 et 11, à partir des photos qu’il avait réalisées de deux manuscrits, Abū Ḥāṭim (rendu à l’antiquaire) et la Ḥiǧāziyyeh, seul moyen désormais pour accéder à la Sīra. Avait-il pressenti le malheur dès 2009 ?

J’ai rencontré Bohas en 2013. Le contact s’était rompu avec les personnes, intellectuels ou conteurs, qui collaboraient avec l’édition. Ces personnes avaient désormais des soucis bien plus importants que de chercher la signification d’expression damascènes obsolètes remontant au XIXe siècle. Bohas se trouvait enfermé dans ce petit bout de Damas qu’il avait emporté avec lui. Il cherchait un nouveau collaborateur natif de la région. Moi, je ne rêvais à l’époque que d’y être, même seul. J’ai accepté sa proposition. Le dernier binôme du projet, qui finira l’édition, s’est alors formé.

Contrairement aux autres coéditeurs, je n’avais pour ma part jamais rencontré les manuscrits. Je ne les avais jamais touchés de mes mains. Les seules fois où je les avais aperçus de loin, c’était quand Rašīd al-Ḥallaq alias Abū Šādī sortait les siens au café Nawfara, aux pieds de la mosquée des Omeyyades à Damas, pour conter un épisode devant une foule de touristes. Pendant huit ans, J’ai réalisé mon travail d’éditeur uniquement à partir des photos. Les objets parasites, pour ainsi dire, qui apparaissent sur les photos m’avaient interpellé au départ. Ne saisissant pas encore l’historique ni, je l’avoue, le sens du projet, je me demandais parfois ce que venait faire, dans une édition critique d’un roman populaire, une clé à molette ou une dalle arrachée au sol. La réponse est arrivée peu de temps après. Elle a été transcendante et violente.

Je me préparais l’été 2014 à rejoindre mon poste de chercheur à l’Ifpo quand Bohas m’a suggéré d’organiser à Beyrouth un hommage au conteur Abū Šādī susmentionné, pour le remercier de l’aide qu’il avait apporté à l’édition pendant des années et surtout pour lui dire notre soutien : Abū Šādī venait tout juste de perdre tous ses manuscrits, brûlés avec le reste de sa maison dans les combats de la Ghouta. Dès mon arrivée à Beyrouth le 1er septembre 2014, j’ai activé les contacts pour organiser cet événement. J’étais à la fois chagriné pour Abū Šādī et heureux de pouvoir le revoir. Trois semaines plus tard, le 21 septembre 2014, le conteur est décédé. Un bout de patrimoine levantin s’est éteint avec lui. Sa mort a été tristement éloquente et il était impossible de ne pas voir un lien entre la disparition des manuscrits d’Abū Šādī et son dernier retrait de la scène.

Les choses étaient ainsi devenues plus claires : nous n’avions pas le temps. Non pas à cause de la mort d’Abū Šādī ni à cause de la guerre. Nous n’avions pas le temps tout court. Dans ce champ d’études, il n’y a jamais le temps. Il faut être dans l’action, agir puis réfléchir, car toute perte est irréversible. Aux administratifs qui procrastinaient ; aux savants qui prenaient le temps de s’interroger sur la pertinence de publier en moyen-arabe ou de « corriger » ; aux directeurs d’instituts qui se demandaient s’il était utile de mobiliser des fonds pour acheter un second manuscrit d’un même roman populaire, et à bien d’autres, Abū Šādī et ses manuscrits partis en fumée ont apporté une réponse glaçante mais édifiante. Nous, scientifiques, universitaires, bibliothécaires, conservateurs, éditeurs de manuscrits… sommes dépositaires d’un patrimoine en danger. Il nous appartient de le sauvegarder et de le valoriser, que nos institutions soient d’accord ou non.

La fin de la Sīra

J’étais encore en poste à Beyrouth quand Bohas m’a demandé si je pouvais, discrètement, charger quelqu’un de l’équipe syrienne de l’Ifpo d’entrer à la bibliothèque à Damas et de photographier avec son téléphone portable les dix derniers cahiers du manuscrit d’Abū Aḥmad, premier manuscrit acquis et seul des trois à n’avoir pas été photographié. C’est, en effet, le seul manuscrit connu qui contient la fin de la Sīra. Ces derniers cahiers étaient d’une valeur inestimable.

On sait dans quel état était Damas en 2016. Si l’on m’avait posé cette question trois ans plus tôt, je l’aurais presque mal pris. Mais au bout de trois ans de collaboration, j’ai juste hoché de la tête. Cela ne m’a pas choqué plus qu’une demande d’un demi kilo de zaatar chez Srūr au souk al-Bzūriyyeh. D’ailleurs, guerre ou pas guerre, sa demande était à mes yeux plus que légitime : avec nos deux manuscrits photographiés, nous avancions sans avoir la certitude de pouvoir proposer une édition entière. Seul le manuscrit d’Abū Aḥmad pouvait nous sauver. Je me suis mis au travail.

Là encore, la réponse était éloquente. Contacté par une tierce personne de l’Institut, le gardien de la bibliothèque à Damas nous a fait savoir que les cahiers 173 à 183 n’existaient pas. Pourtant je savais bien qu’ils existaient. Herzog et Guinle les ont vus de leurs propres yeux et les ont décrits dans leurs travaux. Étaient-ils perdus ? Cachés pour être protégés ? Déplacés ? Mal rangés ? Rongés par les rats comme cela est arrivé à d’autres livres ? Volés ? Au jour d’aujourd’hui, nous n’en savons rien. Une chose était sûre : notre édition n’allait pas raconter la fin de l’histoire. Quel gâchis.

De retour à Lyon en 2017, ces manuscrits perdus me taraudaient. Nous étions au volume 15 et il fallait continuer. Mais continuer pour aller où ? J’avais l’impression d’avoir emprunté un très long chemin à destination de rien. Comme ça. Marcher pendant huit ans pour s’arrêter au milieu de nulle part et me dire : voilà, nous sommes arrivés. J’ai maudit Bohas. Je parlais de ces manuscrits tout le temps. Aux amis. Aux étudiants. A table et plus intime encore. Ils me rendaient dingue. Et c’est justement au moment où je me suis rendu compte de l’état dans lequel ils me mettaient que l’idée m’est venue : était-ce possible que Thomas Herzog et Francis Guinle aient pu faire leurs thèses sur la Sīra sans avoir été tentés de garder une copie du manuscrit, même illégalement ? Mes tentatives pour contacter Herzog étaient vaines. Quant à Guinle que j’avais rencontré une douzaine d’année plus tôt, il a répondu vite et très aimablement. Il ne savait pas pourquoi je voulais boire un café avec lui. Mais il est venu, un jour ensoleillé de l’automne 2017, me retrouver à la Brasserie de La Pêcherie à Lyon.

Je ne savais pas comment lui poser la question sans être intrusif. Francis Guinle était à la retraite depuis des années et il s’occupait d’autres choses. Tout ce monde était derrière lui. En lui parlant de mon séjour au Liban, je lui ai raconté ma mésaventure avec la bibliothèque de l’Ifpo à Damas et les dix cahiers manuscrits introuvables. Je me souviens de son visage s’assombrir en m’écoutant. C’est comme si je lui parlais de sa propre bibliothèque. Je n’ai pas eu besoin de le solliciter. À peine j’ai terminé mon récit, il a répliqué : moi je les ai.

Il m’a contacté quelques jours plus tard pour me confirmer avoir trouvé le disque dur. Je me suis rendu chez-lui à Villeurbanne. La copie des 25 000 pages photographiées à la main a pris presque trois heures. Ce n’est rien, me disais-je, comparé au temps qu’il a passé à cliquer sur le bouton de son appareil. Nous avons eu le temps de boire un thé au lait, de parler de théâtre anglais et de théâtre syrien, de son projet de marcher le long de la côte britannique (sic) pour lequel il s’entraînait, de ses premières tentatives sur scène, du prénom de mon enfant, du Caire, du bilinguisme et d’amis communs. Je suis sorti de chez Francis Guinle ému. Je ne sais pas si c’était la discussion chaleureuse ou le fait d’avoir la mort de Baybars dans la poche intérieure de ma veste. En attendant le métro, je ne pouvais pas m’empêcher de penser à ces conteurs qui ne voulaient pas conter la fin de l’histoire par crainte d’enquiquiner le destin.

LiPoL

En réponse à la demande de financement déposée en 2018 à l’Agence Nationale de la Recherche – et qui a finalement abouti – un expert de rang international a préconisé de ne pas financer ce projet sur Sīrat Baybarṣ en s’interrogeant dans son rapport : « Y a-t-il un vrai besoin d’une grammaire du moyen-arabe tel que représenté dans les romans populaires ? » Et d’ajouter, au cas où on n’aurait pas bien compris : « On en doute ». Certes, notre droit de réponse à fini par l’emporter sur l’archaïsme, mais force est de constater que le fantôme de Rudi Paret vit encore dans nos institutions.

Les travaux sur la Sīra se font aujourd’hui avec d’importants moyens. Ils n’auraient pas été possibles si Bohas n’avait pas acheté et photographié ces deux manuscrits, contre l’avis de tout le monde, et si Guinle n’avait pas réalisé, presque clandestinement, une copie d’un manuscrit appartenant à une bibliothèque publique laissée aujourd’hui à l’abandon. Les doigts de l’un et la clé à molette de l’autre que l’on voit systématiquement sur les photos ne sont pas juste des effets indésirables sur une copie de travail. Ce sont les traces d’une génération qui, quand elle ne trouvait pas les moyens ni le soutien, faisait avancer la recherche avec ses dix doigts ou une clé à molette. LiPoL mettra ces photos à la disposition de la communauté scientifique en les rendant publiques. Il envisage par ailleurs de créer un outil d’édition en ligne et prend des initiatives aptes à renouveler la recherche sur les littératures populaires arabes dans les domaines littéraire, historique et linguistique. Ainsi, ce programme ne porte pas uniquement l’héritage des conteurs du Proche-Orient, il porte aussi l’héritage de nos aînés à qui ce premier billet des Carnets de LiPoL veut rendre hommage.

Iyas Hassan, Sorbonne Université

Sources et travaux cités

Anonyme, Le Roman de Baïbars, t.1 à t.10, traduction de Georges Bohas et Jean-Patrick Guillaume, Paris : Actes Sud, 1983-1998.

Anonyme, Sīrat al-Malik al-ẓāhir Baybarṣ ḥasab al-riwāya al-shāmiyya, t.1 à t.18 (Édition de la recension arabe de la tradition damascène du Roman de Baybars), édition Georges Bohas ; Salam Diab ; Iyas Hassan, Katia Zakharia, Damas & Beyrouth : Presses de l’Ifpo, 2000-2021.

Bohas, Georges, 2011, Itinéraire d’un arabisant. Le processus en moi de la connaissance, Brinon-sur-Sauldre : Grandvaux.

Guinle, Francis, 2011, Les stratégies narratives dans la recension damascène de Sīrat al-Malik al-Ẓāhir Baybarṣ, Damas : Presses de l’Ifpo.

Herzog, Thomas, 1994, Présentation de deux séances de ḥakawātī et de deux manuscrits de la Sīrat Baybars recueillis en Syrie en 1994, Mémoire de Maîtrise inédit, sous la direction de Claude Audebert et Jean-Paul Pascual, Université de Provence.

Herzog, Thomas, 2006, Geschichte und Imaginaire: Entstehung, Überlieferung und Bedeutung der Sirat Baibars in ihrem sozio-politischen Kontext, Wiesbaden : Harrassowitz Verlag.

Kouloughli, Jamel-Eddine, 2004, « Le texte arabe du Roman de Baybars. Premier survol du corpus électronique », Arabica 51, p. 121-143.

Paret, Rudi, 1960, « Sīrat Baybars », in Encyclopédie de l’Islam, t1, Leyde-Paris : Brill-Maisonneuve et Larose, p. 1160-1161.

 

Image à la une : Pages du livret 60 du manuscrit du café al-Ḥiǧāz (Ms3) photographiées par Georges Bohas, 30 avril 2010.

  1. Désormais la Sīra. J’adopte l’orthographe « Baybarṣ » uniquement pour renvoyer à la recension damascène. Cette dernière emphatise le sīn final du prénom du sultan mamelouk Baybars (m. 1277) comme pour distinguer le personnage historique de la figure légendaire véhiculée par la Sīra. Ce glissement s’inscrit en effet dans une stratégie de fictionnalisation qui use, entre autres procédés, de la modification des noms propres. []
  2. Voir le plaisant chapitre que consacre Bohas à sa rencontre avec Šafīq al-Imām et à la traduction du manuscrit alépin dans Bohas, 2011 : 29-44. []
  3. Cet article de Rudi Paret est pointé du doigt depuis plus de quarante ans. Le mettre en cause, s’en indigner, en sourire, etc. au début d’un article, d’une monographie ou d’un cours sur la littérature populaire est devenu une sorte de topos. Ce carnet de déroge pas à la règle. Il serait grand temps que l’Encyclopédie de l’Islam permette à Paret de reposer en paix en tenant compte des grandes avancées qu’ont connues les études littéraires arabes en la matière et en actualisant en conséquence certains de ses contenus. []
  4. L’introduction de la thèse de Francis Guinle revient longuement sur la position des lettrés arabes ainsi que de l’école orientaliste vis-à-vis de cette littérature (Guinle, 2011 : 13-40). []
  5. Fondé dès 1922 et devenu en 2003 le Département des études arabes, médiévales et modernes (DEAMM) de l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo). []
  6. Saluons encore une fois Thomas Herzog qui avait découvert ce manuscrit pendant qu’il préparait sa thèse sur Sīrat Baybars et Olivier Dubois qui a joué un rôle crucial pour l’acquisition de ce manuscrit. []
  7. Le roman populaire arabe : tradition et perspectives d’avenir. Iféad, Damas, 27-28 avril 2005. []
  8. N° 51/2004, huit contributions dédiées à cette édition. []
  9. J’exclus de ce constat la thèse de Thomas Herzog (disponible uniquement en allemand) qui porte justement sur les manuscrits de la Sīra et qui constitue une exception dans ce paysage. On note toutefois que cette thèse s’inscrivait dans la même dynamique consistant à identifier et inventorier des traditions de contage, et à comprendre le processus de transmission du récit.  []
  10. Nous disposons grâce au mémoire de maîtrise de Thomas Herzog (1994) de précieuses informations sur ce conteur. Voir notamment l’interview transcrite et traduite par Herzog en annexe de ce mémoire (Herzog, 1994 : 264-282). []

Une réflexion sur « Les doigts de Francis et la clé à molette de Georges : Quand la recherche en littérature populaire arabe était une affaire d’avant-garde »

  1. J’ai lu d’une traite ce nouvel épisode/cadre de la Sîrat Abî Iskandar al-Bûhâsî. Je n’en connaissais pas tous les détails. Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.