Les doigts de Francis et la clé à molette de Georges : Quand la recherche en littérature populaire arabe était une affaire d’avant-garde

Des gars et des rendez-vous

Ceux qui connaissent Sīrat al-Malik al-Ẓāhir Baybarṣ1 savent que le négociant d’esclaves ʿAlī Ᾱghā al-Warraq n’a pas trouvé par hasard un garçon malade dans un hammam de Bursa au nord de la Turquie. Pourtant ʿAlī Ᾱghā, au moment où il tombe sur ce garçon, oublie que le roi Ayyūb le lui avait décrit. Quelques mois plus tôt, au Caire, ce dernier lui avait demandé d’acheter un esclave au corps souffreteux à l’image du sien – et de celui l’Orient du XIIIe siècle ravagé par les invasions mongoles. Ainsi sans le savoir, ʿAlī avait rendez-vous avec le jeune Maḥmūd. Maḥmūd, quant à lui, avait rendez-vous avec son nouveau prénom qu’il allait rencontrer peu de temps après à Damas où il sera rebaptisé Baybarṣ. Et Baybarṣ, on le sait, avait rendez-vous avec l’Histoire. Continuer la lecture de Les doigts de Francis et la clé à molette de Georges : Quand la recherche en littérature populaire arabe était une affaire d’avant-garde

  1. Désormais la Sīra. J’adopte l’orthographe « Baybarṣ » uniquement pour renvoyer à la recension damascène. Cette dernière emphatise le sīn final du prénom du sultan mamelouk Baybars (m. 1277) comme pour distinguer le personnage historique de la figure légendaire véhiculée par la Sīra. Ce glissement s’inscrit en effet dans une stratégie de fictionnalisation qui use, entre autres procédés, de la modification des noms propres. []

LiPoL soutient le colloque Les prophètes itinérants

Du 16 au 18 septembre 2021 aura lieu à Paris le colloque international « Les prophètes itinérants – Réécritures, appropriations et métamorphoses des figures prophétiques dans les textes religieux, littéraires et historiographiques de l’Islam prémoderne ».

Réunissant des spécialistes d’études islamologiques, littéraires et historiques, « Les prophètes itinérants » vise à jeter une lumière nouvelle sur la place qu’occupent les prophètes dans les différents champs des savoirs arabes prémodernes. Du Coran aux histoires universelles, du hadith aux miroirs des princes et du qaṣaṣ al-anbiyāʾ aux romans de chevalerie, les travaux contribueront au décloisonnement des études sur les sources de l’islam prémoderne tout en explorant les fonctions que remplit la figure prophétique et les transformations qu’elle subit dans chaque contexte abordé. Continuer la lecture de LiPoL soutient le colloque Les prophètes itinérants

Une formation pour étudier et publier les textes arabes avec le numérique

Les 7, 8 et 9 décembre 2020, dans le cadre du Groupement d’Intérêt Scientifique Moyen-Orient et mondes musulmans (GIS MOMM), a eu lieu une formation intitulée « Etudier et publier les textes arabes avec le numérique ». Cette formation faisait suite à celle qui avait eu lieu le 9 juin 2020 sur l’initiative des GIS Asie, Afrique et MOMM, qui avaient pour objectif de faire un point sur leurs compétences numériques et d’aborder les différentes problématiques liées à la dématérialisation et les sciences ouvertes pour les études aréales extra-occidentales1 Continuer la lecture de Une formation pour étudier et publier les textes arabes avec le numérique

  1. Les vidéos des cinq interventions du 9 juin 2020 sont en ligne sur la chaîne YouTube du GIS MOMM. []

Parution du dix-septième et avant dernier volume de Sīrat al-Malik al-ẓāhir Baybarṣ

Vient de paraître aux Presses de l’Ifpo à Beyrouth le volume 17 de Sīrat al-Malik al-Ẓāhir Baybars selon la recension damascène éditée par Georges Bohas et Iyas Hassan. Cet avant-dernier volume qui renferme  comprend dix-sept chapitres en 449 pages s’ouvre avec le thème des doubles et substitutions, qui revient avec le voyage de Baybars à Deux-Soleils-Deux-Lunes. Dans cette ville aux confins du monde, qui reproduit trait pour trait Le Caire, Baybars découvre son double ainsi que les doubles de ses hommes, qui vivent dans un palais identique au sien, sur une terre qui ressemble à l’Égypte, sous un ciel si familier.

Baybars apporte de ce voyage merveilleux le Joyau Céleste qu’il dédiera au mausolée du Prophète à Médine et repousse, pendant ce pèlerinage, l’attaque de Marzouk l’Indien et son armée d’éléphants. Continuer la lecture de Parution du dix-septième et avant dernier volume de Sīrat al-Malik al-ẓāhir Baybarṣ

Appel à candidatures : contrat doctoral

Suite à l’épidémie de Covid-19 et au confinement de ce printemps, l’appel à contrat doctoral lancé par l’ANR LiPoL est rouvert jusqu’au 15 septembre 2020

Appel à candidatures -Financement de thèse

    • Soumis le : 13 Juillet 2020

Dans le cadre du programme ANR LiPoL « Littératures Populaires du Levant. Archiver, analyser et conter le Roman de Baybars au XXIe siècle », un contrat doctoral est proposé sur le thème des lieux et des usages du conte populaire arabe moderne et contemporain (XIXe-XXe siècle).

Description scientifique

Visée scientifique du contrat doctoral

Le programme LiPoL part d’un constat historique. Le conte a constitué une pratique culturelle populaire majeure dans le Levant arabophone (Syrie, Liban, Jordanie, espace israélo-palestinien, Irak, Egypte, voire Turquie) à l’époque contemporaine, mais depuis la deuxième moitié du vingtième siècle il a connu des transformations profondes sous l’influence de la standardisation linguistique du patrimoine de la culture populaire. Promue par le nationalisme arabe, cette tendance semble sur le reflux. Des mobilisations “par en-bas” de la culture populaire apparaissent dans la région, de manière disséminée. Le désir de revivifier le conte populaire, fondé sur une narration publique ou privée, mais théâtralisée, d’histoires parfois appuyées sur de longues trames épiques (telles les épopées de Baybars ou d’Antara), en particulier, est manifeste. Il a donné lieu à des entreprises de sauvegarde mais aussi à des efforts de réinvestissement de la narration du conte, et avec lui, des lieux et espaces traditionnellement investis par cette pratique.

Une demande d’information sur les évolutions historiques, les manières de faire et de dire, la géographie, l’architecture, la mise en scène, la topographie du conte ressort de ces efforts. Où se réunit-on pour écouter un conte, quand, et pourquoi ? Le café, lieu dédié traditionnel, est-il concurrencé par d’autres lieux ? Et lesquels ? Quelles sont les motivations sociales et culturelles de la préférence marquée pour certains lieux ? Quelles sont les caractéristiques architecturales et acoustiques des espaces dédiés ou choisis pour le conte ? Quels sont les profils des conteurs mais aussi des conteuses, leurs lieux de prédilection pour l’exercice de la narration, les habitudes professionnelles, les étapes de formation, les espaces et les territoires de la trajectoire des conteurs ? Comment les conteurs mettent-ils à profit les lieux, y compris dans le contenu et la dynamique de leur narration ?

Dans le même temps, le conte apparaît aussi comme une technique sociale dont le déploiement dépasse les espaces consacrés à sa mise en scène, tels que cafés, lieux de la sociabilité familiale, scènes de théâtre… Approprié par les universitaires, imité dans la communication publique, employé comme outil de storytelling par des acteurs politiques et économiques, le conte n’est pas une pratique étroitement confinée. Plutôt que de poser une dichotomie entre les lieux – publics et privés – du conte et des espaces sociaux extérieurs à lui, il conviendrait d’étudier comment les acteurs du conte s’approprient des espaces sociaux divers et quels usages ils en font. Là encore, une telle analyse nécessite historicisation. Dans quels espaces sociaux et dans quels territoires politiques les techniques du conte populaire ont-elles été réappropriées ? Selon quels processus, et à quelles fins ?

Le conte est en outre un marqueur des temporalités et des mutations du Levant contemporain, depuis les transformations culturelles de l’Empire ottoman tardif jusqu’à aujourd’hui. Parallèlement à d’autres disciplines littéraires reposant sur d’autres expressions plus ou moins formelles de l’arabe, il reflète, tant dans son contenu que dans sa conservation et sa transmission, les événements qui agitent la région. Il s’inscrit dans des rythmes sociaux propres, de façon régulière au quotidien ou à certains moments du calendrier. L’étude du contenu des contes comme de leur narration peut ainsi être une approche d’une histoire sociale, culturelle, voire politique, religieuse et intellectuelle plus large. Nous invitons à considérer à la fois le texte et les formes de narration du conte comme un matériau privilégié pour accéder à une histoire non surplombante de la région, à ses dynamiques, ses conflits et ses imaginaires, pris dans leur dimension historiquement construite.

Caractéristiques du contrat doctoral, inscription disciplinaire et méthodologie

La thèse s’inscrira dans la discipline historique. Elle devra refléter la profondeur temporelle de la narration du conte. Une diversité d’approches méthodologiques est cependant souhaitée. Le projet pourra s’inscrire aussi bien dans les perspectives suivantes : histoire sociale, histoire de l’architecture, histoire des sociétés culturelles, histoire de la littérature, géographie historique, histoire orale, anthropologie historique.

Conditions de candidature

A la date de dépôt du dossier de candidature, les candidates et candidats devront être titulaires d’un Master 2 dans un des domaines suivants : langue et littérature arabes, sciences humaines et sociales, lettres, architecture.

Une excellente maîtrise de l’arabe, tant écrit qu’oral, et de ses différents registres de langue est indispensable.

Description du contrat

Institution universitaire d’inscription : Université Jean Moulin – Lyon 3

Laboratoire de rattachement : Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (UMR 5190)

Durée du contrat doctoral : 36 mois.

Rémunération : Selon la réglementation applicable à l’Université Jean Moulin – Lyon 3.

Texte de référence : Arrêté du 29 août 2016 fixant le montant de la rémunération du doctorant contractuel.

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000033076467&dateTexte=20200210

Composition du dossier de candidature

Le dossier de candidature doit comporter en un seul fichier PDF envoyé aux trois contacts cités ci-dessous avant la clôture de l’appel :

  • Une copie de la pièce d’identité.
  • Un curriculum vitae court (3 pages maximum, Times New Roman, interligne simple, taille 12).
  • Une lettre de motivation expliquant l’intérêt de la candidate ou du candidat pour la thématique et justifiant l’intérêt du projet de recherche pour le programme LiPoL.
  • Une copie du diplôme de Master 2 ou équivalent.
  • Un projet de recherche (de 3 à 5 pages, Times New Roman, interligne simple, taille 12) présentant l’objet de la recherche, exposant un état de l’art et l’originalité scientifique de la recherche envisagée, la problématique à traiter et les principales thématiques qu’elle englobe, la méthodologie employée, un calendrier indicatif des recherches organisé dans la durée du contrat doctoral et une estimation des besoins de mission dans le cadre de la recherche (pays, durée et calendrier, besoins de financement).

Calendrier de recrutement

Ouverture de l’appel à projet doctoral : 13 juillet 2020

Clôture de l’appel : 15 septembre 2020, 17h (heure de Paris)

Annonce des candidatures sélectionnées pour audition : 23 septembre 2020

Audition des candidates et candidats : fin septembre / début octobre 2020 (les auditions pourront avoir lieu par visioconférence)

Annonce des résultats : 10 octobte 2020

Date de début du contrat doctoral : 1er décembre  2020 (l’inscription en thèse devra avoir été effectuée à la date de début du contrat)

Les dossiers incomplets, ne respectant pas les consignes de présentation ou reçus hors délai ne seront pas examinés.

Envoi des dossiers et demandes de renseignement aux adresses suivantes :

philippe.bourmaud@univ-lyon3.fr

sylvia.chiffoleau@gmail.com

i.hassan@univ-lyon2.fr

Continuer la lecture de Appel à candidatures : contrat doctoral

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search