La sīra dans la peau : sur quelques tatouages égyptiens du début du XXe siècle

Ce billet fait partie d’une série de publications qui visent à présenter brièvement des objets et des sources rencontrés au fil de mon travail de thèse sur les lieux et les usages des contes populaires arabes aux 19e et 20e siècle et à mettre en évidence la diversité des artefacts par lesquels les récits, leurs motifs et leurs héros ont circulé au Proche-Orient.

Des illustrations lithographiées du XIXe siècle aux peintures sous verre du milieu du XXe siècle et à la peinture contemporaine, les héros de sīra-s, les personnages et les motifs des contes populaires et des Mille et Une Nuits occupent une place notable dans l’imaginaire visuel du Proche-Orient arabophone. Figurant une scène tirée d’un récit ou un personnage célèbre, comme ʿAntar ou Baybars, chevauchant sa monture le sabre à la main, de telles représentations graphiques sont connues dans toute leur diversité. Au détour d’un article publié en 1922 dans le Bulletin de l’Institut d’Égypte, un tout autre type de représentation apparaît. Mégalos Caloyanni, juriste égyptien, y présente une « Étude des tatouages sur les criminels d’Égypte », dont il propose une typologie des dessins qui le conduit à une réflexion sur la fonction de ces tatouages et le profil des personnes qui les portent. L’article est accompagné de planches qui reproduisent les dessins des tatouages. Parmi les sujets variés, allant des poissons aux personnages féminins ou aux motifs abstraits, deux illustrations retiennent l’attention qui, même si aucun texte ne les accompagne ou ne les commente, figurent manifestement des héros de sīra. Le premier, à cheval et armé de sa lance, semble figurer Abū Zayd al-Hilālī tandis que le second, monté sur un lion, représente Zīr Sālim.

 

Extrait des planches de Caloyanni (en ligne sur Persée : https://www.persee.fr/doc/bie_1110-1938_1922_num_5_2_4175)

Dans la typologie que Caloyanni propose des différents motifs qu’il a collectés, il classe le groupe des « guerriers montés sur un cheval ou un lion » parmi les tatouages ayant un sens — par opposition à ceux ayant un but, qu’il soit par exemple curatif ou purement décoratif. Selon lui, de tels tatouages servaient à désigner des catégories de malfaiteurs et plus précisément des voleurs, dont ils auraient permis de distinguer les grades. « Le poisson, le serpent, le lion, le guerrier, sont les signes distinctifs des voleurs de toutes catégories. Ils constituent, dans l’ordre que nous venons d’indiquer, divers degrés de promotion, en ce que nous appellerons les grades dans la profession de voleur. Les diverses combinaisons qu’on fait de ces quatre éléments, l’endroit où ils sont tracés, montrent l’intelligence, la dextérité et le grade du tatoué. Ces dessins se trouvent presque immanquablement sur le revers de la main droite et sur l’avant-bras droit, interne ou externe. À ces dessins s’ajoutent ceux de femmes tenant une épée à la main ; c’est la classe des voleurs ayant des rapports divers avec des maisons de prostitution ou des prostituées. » (Caloyanni, p. 124). Même s’il est difficile de savoir sur quelles informations se base l’auteur pour affirmer cela puisqu’il ne précise pas l’origine de ses connaissances et n’a par la suite rien publié sur le sujet, le texte nous informe tout de même sur deux points : il existe des personnes qui, en Égypte, tatouent leur corps de tels personnages ; elles semblent appartenir à un même groupe social. Caloyanni insiste particulièrement sur ce second élément, affirmant que « tout tatoué, homme, portant les signes de poissons, de lions, de guerriers, du grand soleil levant, est un criminel adonné au hachich, à l’opium et à leurs dérivés. Les femmes ayant ces mêmes signes sont des prostituées, et les juvéniles, en grande majorité des invertis précoces » (idem, p. 127). Criminalité, drogue, prostitution et homosexualité : l’auteur voit dans les tatouages des héros de sīra-s les signes d’une marginalité sociale forte mais, contrairement aux trois autres symboles évoqués, il en restreint essentiellement le port à des hommes.

Mégalos Caloyanni n’est évidemment pas le seul à s’être intéressé aux pratiques de tatouage et à noter l’existence de ceux représentant ces personnages. Les descriptions de criminels recherchés publiées sous le Mandat dans le Bulletin mensuel de la police criminelle, un périodique listant des individus recherchés ou expulsés du territoire, attestent de pratiques similaires dans la Syrie et le Liban des années 1920 et 1930. Parmi les signes distinctifs des personnes évoquées, les noms de héros comme ʿAntar ou Abū Zayd ne sont pas cités mais la description de tatouages représentant des guerriers, parfois montés et localisés aux mêmes endroits du corps que ceux décrits par Caloyanni ne laisse pas de doute. Décrivant, dans un article sur les « motifs de tatouages égyptiens », des panneaux de verre peints datés des années 1920 et 1930 et conservés au musée d’ethnographie de la Société de géographie d’Égypte au Caire et au musée du Quai Branly, Emmanuelle Perrin note la fréquence importante de représentations similaires. Identifiant un « chevalier porte[ur] d’immenses moustaches et [d’] un casque ailé parfois surmonté d’un croissant » à ʿAntar, elle confirme ainsi la circulation des figures de héros des sīra-s, que ce soit dans des répertoires de tatouages ou sur la peau même de certains individus. Toutes les évocations et descriptions de tatouages ou de répertoires de tatoueurs, qu’elles datent de cette période ou d’une époque antérieure, ne mentionnent cependant pas l’existence de tels personnages. Les collectes opérées par Charles Myers dans le delta du Nil à l’aube du XXe siècle ou celles de Winifred Smeaton en Irak dans les années 1930, auprès de Bédouins notamment, ne recensent pas des tatouages similaires à ceux évoqués ici. Ces absences pourraient éventuellement nous orienter vers une pratique si ce n’est urbaine, du moins de populations sédentaires. À une période plus tardive, de tels tatouages semblent finalement avoir disparus et quand John Carswell, professeur d’histoire de l’art à l’Université américaine de Beyrouth et spécialiste des tatouages coptes, évoque dans les années 1960 celui qu’il désigne comme le dernier tatoueur professionnel de la ville, les héros ne font plus partie des œuvres qu’il réalise ni de la liste de ses sujets.

La disparition progressive de la pratique consistant à arborer ʿAntar, Abū Zayd ou Zīr Sālim sur sa peau, entamée au plus tard dans le premier tiers du XXe siècle, est manifestement achevée dans sa dernière décennie. Lorsque Catherine Mayeur-Jaouen décrit le répertoire d’un tatoueur présent en 1990 à Ṭanṭa, dans le delta du Nil, elle note : « sur un fixé-sous-verre présenté au mouled musulman de Tanta en 1990 par le tatoueur Sayyid Ahmad Sa‘īd, alors quadragénaire, on peut admirer les deux lions qui flanquent un palmier dattier, le lion porteur d’une épée, et Abū Zayd al-Hilālī. Ces motifs sont des copies d’œuvres plus anciennes et viennent illustrer les Gestes ou les chansons de la tradition orale que l’on récite dans les mouleds. Le lion à l’épée est image de ‘Alī b. Abī Ṭālib tandis que les lions jumeaux sont réminiscence de Ḥasan et Ḥusayn, les deux petits-fils du Prophète. Mais il est rare que le client demande au tatoueur des motifs aussi compliqués qui ont surtout pour fonction d’attirer le chaland » (p. 47 ; une photographie du répertoire est visible p. 59). En inscrivant ainsi ces représentations dans le vaste ensemble, qui est aussi celui des planches de l’article de Caloyanni, de l’imagerie de l’islam populaire égyptien, leur disparition est lue comme une conséquence des transformations du rôle des images dans le monde musulman : « les tatoueurs désertent les mouleds musulmans pour se réfugier dans les mouleds coptes où ils ont encore, grâce aux petites croix de poignets, une abondante clientèle. Mais en islam, leur heure est passée : à l’image succède, de plus en plus, l’écrit. Aux variations de la création populaire s’impose la norme savante » (idem, p. 48). En raison de changement du statut des images au cours du XXe siècle, les représentations des héros des sīra-s sont donc devenues anachroniques et ont perdu le sens qu’elles pouvaient avoir au sein d’un vaste corpus iconographique.

À ces orientations quant à l’interprétation à donner à la pratique et à sa disparition, un article d’Alessandro Petrizzo sur les tatouages des prostituées italiennes paru dans un numéro récent de la Revue d’histoire du XIXe siècle portant sur les « écrits et écritures populaires » vient ajouter une possibilité de lecture supplémentaire de ces tatouages. Il propose « de lire les traces d’un discours subalterne dans ces inscriptions fragiles, fuyantes, répétitives » (Petrizzo, p. 128), qu’il définit comme des bribes énoncées dans des contextes marginaux, révélatrices d’expériences sociales, de significations et de pratiques propres à certains milieux et sujets. S’appuyant sur des travaux d’anthropologie criminelle similaires au texte de Caloyanni, il propose de dépasser les catégories criminologiques (chez lui de « prostituées », dans notre cas de « voleurs ») pour « appréhender le tatouage volontaire comme une forme autographe ou déléguée d’écriture autobiographique » (Petrizzo, p. 143). Si l’on suit la proposition faite ici, que l’on inverse alors la perspective proposée par Caloyanni, que l’on replace ces représentations des héros de sīra-s dans la « tradition des images de l’islam populaire égyptien » (Mayeur-Jaouen, p. 47), que nous disent alors ces tatouages ? De quels discours sont-ils les traces ? Que nous apprennent-ils des modes d’existence des contes et de leurs héros dans les sociétés du Proche-Orient de la première moitié du XXe siècle ? Ils nous renseignent tout d’abord sur la représentation de ces récits et de leurs personnages à travers un médium original, ni oral ni écrit, mais qui est peut-être celui, comme l’avance Alessandro Petrizzo dans le cas qu’il étudie, de groupes sociaux à l’alphabétisation incertaine pour lesquels « l’écriture n’est ni totalement autosuffisante, ni entièrement achevée » et « s’enracine dans une culture de l’oral et de l’intersubjectivité qui seule peut dévoiler le sens de ces inscriptions sur les corps […] en situation de face-à-face » (Petrizzo, p. 146). Les tatouages, en tant qu’écritures populaires de la sīra-s, sont le signe d’une existence au moins partiellement autonome de leurs héros, en parallèle des trajectoires plus connues qu’ils suivent dans les manuscrits, les ouvrages imprimés ou bien dans la bouche des conteurs. Ils témoignent d’une connaissance partagée dans certains groupes sociaux, au sein desquels ces figures peuvent être reconnues et avoir du sens. Pour comprendre les enjeux de cette reconnaissance, il nous faudrait cependant avoir accès à des traces de ces situations de « face-à-face » comme des photographies de personnes tatouées ou des descriptions mettant en jeu ces tatouages. Elles permettraient de dépasser les seuls représentations des panneaux de verre et de sortir de l’enfermement des pratiques dans les catégories criminologiques. La disparition de ces tatouages s’expliquerait non seulement par la fin du « rapport traditionnel aux images » (Mayeur-Jaouen, p. 48), mais aussi par le fait que les figures qu’ils représentent ne constituent plus des éléments de discours compréhensibles et signifiants. Si de telles représentations des héros des sīra-s ont perdu leur sens au cours du xxe siècle, la filiation esthétique claire qui les lie aux peintures sous verre d’Abū Ṣubḥī al-Tināwī témoigne en revanche de la façon dont une telle imagerie a été active et signifiante dans un autre médium, dans un contexte de succès du folklore.

Références citées

Mégalos Caloyanni, « Étude des tatouages sur les criminels d’Égypte (avec 9 planches) », Bulletin de l’Institut d’Égypte, vol. 5, n°2, 1922, p. 115-128. URL : https://doi.org/10.3406/bie.1922.1500 et http://www.persee.fr/doc/bie_1110-1938_1922_num_5_2_4175 (pour les planches)

John Carswell, « A Professional Tattooer in Beirut », Man, vol. 65, 1965, p. 40-43. URL : http://www.jstor.org/stable/2797523

Catherine Mayeur-Jaouen, « La fonction sacrale de l’image dans l’Égypte contemporaine : de l’imagerie traditionnelle a la révolution photographique » in Bernard Heyberger et Silvia Naef (dir.), La multiplication des images en pays d’Islam. De l’estampe à la télévision (17e-21e siècles), Istanbul – Würzburg, Orient-Institut – Ergon Verlag, 2003, p. 44-61.

Charles S. Myers, « Contributions to Egyptian Anthropology: Tatuing », Journal of the Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland, vol. 33, 1903, p. 82-89. URL : 10.2307/2842994

Emmanuelle Perrin, «  Motifs de tatouages égyptiens », Cahiers du Gremamo, n°20, « Images du Maghreb, images au Maghreb. Une révolution du visuel ? », 2010, p. 45-67. URL : https://shs.hal.science/halshs-00822209

Alessandro Petrizzo, « Tatouages de prostituées en Italie (fin du XIXe-début du XXe siècle) : lectures d’une écriture subalterne », Revue d’histoire du XIXe siècle, n°65, « Écrits et écritures populaires », 2022, p. 127-146. URL : https://journals.openedition.org/rh19/8569

Winifred Smeaton, « Tattooing Among the Arabs of Iraq », American Anthropologist, vol. 39, n°1, 1937, p. 53-61. URL : https://anthrosource.onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1525/aa.1937.39.1.02a00050

 

Image à la une : Cairo Anthropological Museum, Tatoo designs Egypt 19th century glazed tile 1 web. CC-BY-SA [en ligne] URL : https://flic.kr/p/yVmqJ


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Louis Roux (19 février 2024). La sīra dans la peau : sur quelques tatouages égyptiens du début du XXe siècle. LiPoL. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vqbm


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search