Les doigts de Francis et la clé à molette de Georges : Quand la recherche en littérature populaire arabe était une affaire d’avant-garde

Des gars et des rendez-vous

Ceux qui connaissent Sīrat al-Malik al-Ẓāhir Baybarṣ1 savent que le négociant d’esclaves ʿAlī Ᾱghā al-Warraq n’a pas trouvé par hasard un garçon malade dans un hammam de Bursa au nord de la Turquie. Pourtant ʿAlī Ᾱghā, au moment où il tombe sur ce garçon, oublie que le roi Ayyūb le lui avait décrit. Quelques mois plus tôt, au Caire, ce dernier lui avait demandé d’acheter un esclave au corps souffreteux à l’image du sien – et de celui l’Orient du XIIIe siècle ravagé par les invasions mongoles. Ainsi sans le savoir, ʿAlī avait rendez-vous avec le jeune Maḥmūd. Maḥmūd, quant à lui, avait rendez-vous avec son nouveau prénom qu’il allait rencontrer peu de temps après à Damas où il sera rebaptisé Baybarṣ. Et Baybarṣ, on le sait, avait rendez-vous avec l’Histoire. Continuer la lecture de Les doigts de Francis et la clé à molette de Georges : Quand la recherche en littérature populaire arabe était une affaire d’avant-garde

  1. Désormais la Sīra. J’adopte l’orthographe « Baybarṣ » uniquement pour renvoyer à la recension damascène. Cette dernière emphatise le sīn final du prénom du sultan mamelouk Baybars (m. 1277) comme pour distinguer le personnage historique de la figure légendaire véhiculée par la Sīra. Ce glissement s’inscrit en effet dans une stratégie de fictionnalisation qui use, entre autres procédés, de la modification des noms propres. []