Archives de catégorie : Edition de la Sira de Baybars

Parution du dix-huitième et dernier volume de sīrat al-malik al-ẓāhir Baybarṣ

Est paru cette année aux Presses de l’Ifpo le 18e et dernier volume de Sirat al-Malik al-Ẓahir Baybarṣ selon la recension damascène, édité par Georges Bohas et Iyas Hassan. Ce volume présente 472 pages et contient, outre l’introduction, le résumé des volumes précédents, le lexique et la liste des personnages secondaires, dix-neuf chapitres qui clôturent le récit entamé par le conteur quelque six mille pages plus tôt, et le travail patient que les éditeurs avaient débuté il y a vingt-deux ans. Continuer la lecture de Parution du dix-huitième et dernier volume de sīrat al-malik al-ẓāhir Baybarṣ

Les doigts de Francis et la clé à molette de Georges : Quand la recherche en littérature populaire arabe était une affaire d’avant-garde

Des gars et des rendez-vous

Ceux qui connaissent Sīrat al-Malik al-Ẓāhir Baybarṣ1 savent que le négociant d’esclaves ʿAlī Ᾱghā al-Warraq n’a pas trouvé par hasard un garçon malade dans un hammam de Bursa au nord de la Turquie. Pourtant ʿAlī Ᾱghā, au moment où il tombe sur ce garçon, oublie que le roi Ayyūb le lui avait décrit. Quelques mois plus tôt, au Caire, ce dernier lui avait demandé d’acheter un esclave au corps souffreteux à l’image du sien – et de celui l’Orient du XIIIe siècle ravagé par les invasions mongoles. Ainsi sans le savoir, ʿAlī avait rendez-vous avec le jeune Maḥmūd. Maḥmūd, quant à lui, avait rendez-vous avec son nouveau prénom qu’il allait rencontrer peu de temps après à Damas où il sera rebaptisé Baybarṣ. Et Baybarṣ, on le sait, avait rendez-vous avec l’Histoire. Continuer la lecture de Les doigts de Francis et la clé à molette de Georges : Quand la recherche en littérature populaire arabe était une affaire d’avant-garde

  1. Désormais la Sīra. J’adopte l’orthographe « Baybarṣ » uniquement pour renvoyer à la recension damascène. Cette dernière emphatise le sīn final du prénom du sultan mamelouk Baybars (m. 1277) comme pour distinguer le personnage historique de la figure légendaire véhiculée par la Sīra. Ce glissement s’inscrit en effet dans une stratégie de fictionnalisation qui use, entre autres procédés, de la modification des noms propres. []

Parution du dix-septième et avant dernier volume de Sīrat al-Malik al-ẓāhir Baybarṣ

Vient de paraître aux Presses de l’Ifpo à Beyrouth le volume 17 de Sīrat al-Malik al-Ẓāhir Baybars selon la recension damascène éditée par Georges Bohas et Iyas Hassan. Cet avant-dernier volume qui renferme  comprend dix-sept chapitres en 449 pages s’ouvre avec le thème des doubles et substitutions, qui revient avec le voyage de Baybars à Deux-Soleils-Deux-Lunes. Dans cette ville aux confins du monde, qui reproduit trait pour trait Le Caire, Baybars découvre son double ainsi que les doubles de ses hommes, qui vivent dans un palais identique au sien, sur une terre qui ressemble à l’Égypte, sous un ciel si familier.

Baybars apporte de ce voyage merveilleux le Joyau Céleste qu’il dédiera au mausolée du Prophète à Médine et repousse, pendant ce pèlerinage, l’attaque de Marzouk l’Indien et son armée d’éléphants. Continuer la lecture de Parution du dix-septième et avant dernier volume de Sīrat al-Malik al-ẓāhir Baybarṣ