Deux exemples de littérature populaire à la Bibliothèque nationale de Libye (Benghazi)

Le présent billet constitue un signalement initial de deux textes qui ressortissent à la littérature populaire orientale et pourraient intéresser à ce titre — nous en formons l’espoir — les familiers du programme LiPoL.

Conservés dans le fonds de Dār al-Kutub al-Waṭaniyya à Benghazi, ils ont récemment fait l’objet d’un catalogage dans la base Abjad. L’opération est conduite en tandem par Afaf Kadiki — responsable du Département des manuscrits de la BnL — et Sébastien Garnier — agrégé d’arabe, chercheur associé au Centre Jean Pépin et collaborateur du programme PhASIF.

Ce volet a été rendu possible grâce à la dynamique impulsée depuis le début 2021 par le projet LibMed. Une équipe pluridisciplinaire et internationale1 s’est engagée dans le renouvellement des approches de l’espace libyen pour la période médiévale (Ier-Xe/VIIe-XVIe siècles ; sources, analyses, coopérations).

Sans entrer dans le détail, nous en signalons quelques dispositifs phares. Le webinar mensuel (mercredi, 18h CET) débat de l’actualité de la recherche. La collection « Libya Islamica » (Brill, https://brill.com/view/serial/LIS) permet la diffusion de nouveaux textes. Enfin, des collaborations (chantiers et journées d’études, notamment) se nouent au sein de ce forum d’échanges.

Les lignes qui suivent livrent au lecteur les résultats d’un sondage préliminaire, accompagnés de clichés illustrant certains des aspects évoqués. Dans les mois qui viennent, une synthèse du premier quart de ce fonds — soit une trentaine d’items — détaillera le travail accompli et de possibles exploitations scientifiques. Les mss DKW 00048 et 00102 y figureront en bonne place.

1. Le ms. DKW 00048 : Hikāyāt šaʿbiyya

Cet in-octavo (210 x 160) comprend 131 folios en graphie nasḫī avec deux mains vraisemblablement différentes. La fiche de bibliothèque indique qu’il daterait de 1035/1625 et mentionne un nom d’auteur, Ibrāhīm b. Šams. C’est en examinant le f. 123r que nous avons exhumé le colophon2 relatif à la seule histoire d’al-Ḫansāʾ :

وهدا ما انتهي الينا من سيرة خضر والخنسا علي التمام والكمال ونعود بالله من الزيادت والنقصان وكان فراغه علي يد العبد الحقير الفقير الراجي عفو ربه الكريم السيد ابراهيم ابن شمس الدين الحسيني وكان فراغه ليلت الخميس في سادس عشرين شهر صفر المبارك سنة خمسا تلاتين والف من الهجرت النبويه

Une série d’intitulés est fournie au f. 1r (cf. figure 1, infra) : Ḥikāyat Zād Baḫt wa-hiya l-ʿašar wuzur3 (L’histoire de Zād Baḫt ou des dix vizirs) ; Ḥikāyat al-Ḫansā (L’histoire d’al-Ḫansā) ; Ḥikāyat Abū ʿAlī l-Daqqāq (L’histoire du marchand de farine Abū ʿAlī) ; Ḥikāyat al-Ṯalāṯ riǧāl (L’histoire des trois hommes). De plus, des emprunts au Dīwān de Ṣafī [l-Dīn] al-Ḥillī (m. entre 749 et 752/entre 1348 et 1351) — il doit s’agir des vers conclusifs — sont notifiés au même endroit. Certains aménagements laissent entrevoir une copie de conteur, en distinguant notamment les passages narrés des poèmes déclamés (e.g. ff. 44v-45r).

Le premier texte s’avère acéphale (incipit : […] ilā l-malik fa-rāhā l-malik šaḫṣan šī mā lam yarāh [sic] aḥad aḥsan minhā fa-ʿaliqa qalbuhu4 bihā…, f. 2r ; « […] au roi et le roi vit en elle une personne [telle qu’] il n’en avait jamais vue de meilleure, si bien que son cœur s’éprit d’elle… »). Cette Ḥikāyat Zād Baḫt wa-hiya l-ʿašar wuzur (ff. 2r-43r) est une transposition arabe du Bakhtiar-Name ou Histoire des dix vizirs. René Basset en a donné une version complète en 1883, à partir de l’édition de Knös (Göttingen, 1807) réalisée à l’appui d’une copie égyptienne. Le même précise que Galland avait traduit à partir du ms. BnF Ar 3638 Paris (anc. Suppl. Ar 1790) les Onze journées, contes arabes, parues à titre posthume (en 1797 ou 8). John Payne l’a pour sa part intégrée à son Tales from the Arabic (éd. 1901).

Les deux histoires suivantes Ḥikāyat al-Ḫansā (ff. 43v-123r) et Ḥikāyat Abū ʿAlī l-Daqqāq (f. 123r-v) s’adossent à deux personnages tirés de la réalité, respectivement la poétesse antéislamique (et peut-être muḫaḍrama5) et le mystique soufi de Nīšābūr (m. 405/1015). La seconde, composée d’une série d’anecdotes, est en apparence inachevée, comme en témoigne la réclame du f. 123v (ʿan) qui ne correspond pas au début de la page suivante (wa-bi-miškātihā, à savoir la réclame au bas du f. 128v). De fait, c’est aux ff. 127 r-v qu’elle se termine, vestige d’une inversion des feuillets. Enfin, Ḥikāyat al-Talāt riǧāl (sic) est rapportée en marge du f. 123 r-v. Les ff. 124r-131v enchaînent de courtes pièces versifiées, souvent des distiques qu’il conviendrait d’identifier.

On aura remarqué au passage la marque de possession (?) tamponnée au chiffre F S en milieu de page, ce qui nous amène à un point prometteur.

Le riche paratexte qui entoure les contenus littéraires se caractérise par une grande variété des inscriptions. À titre d’illustration, nous reproduisons (figure 2, infra) la couverture intérieure du plat supérieur et le recto de la page de garde en vis-à-vis. La vignette apposée (à l’envers) par le Bristol Museum (Education Society) témoigne d’un passage outre-Manche au XIXe ou début du XXe siècle. Des essais de plume géométriques ou formulaïques (daʿā lahu…) constellent la page de gauche, ainsi que des biffures. Nous dénombrons par ailleurs sept sceaux probablement d’époque ottomane. Des vers ont été rédigés en travers, dont une amorce se répète à plusieurs reprises : iḏā ḍāqat [bika l-dunyā…] (« Si le monde t’oppresse… »). Enfin, nous relevons perpendiculairement dans une calligraphie de type chancellerie, malheureusement rognée par une coupe, le nom d’un possible propriétaire de l’ouvrage.

2. Le ms. DKW 00102 : Sīrat al-Malik al-Ẓāhir [cahiers 1, 2 et 3]

Cet in-octavo (205 x 150) comprend 296 folios. Dépourvu de colophon, seul le filigrane de type Abū Šubbāk permet de situer sa copie vers le XIXe siècle. Sa graphie nasḫī paraît constante tout au long de l’ouvrage, quoique l’on devinerait une nouvelle main au troisième cahier. L’ensemble accueille visiblement les trois premiers cahiers de la Sīra populaire du sultan Baybars (cahier 1 : ff. 1r-94v, cahier 2 : ff. 95r-196v ; cahier 3 : ff. 197r-296r).

Nous pensons avoir affaire, là encore, à une copie de conteur. Ainsi observons-nous des éléments matériels liés à l’oralisation : des blancs émaillent le texte. Ils pourraient servir de respiration avant la poursuite du récit amorcée par fa-lammā… (« et lorsque… »). Le corps est assez propre, peu amendé ou rectifié, en-dehors d’un passage biffé sur huit lignes au f. 153r.

Il reste alors à comparer cette version à celles déjà localisées et/ou éditées. Nous insérons ci-après deux reproductions qui permettront aux spécialistes de se faire un premier avis sur la question. Il s’agit en l’espèce d’un appel à expertise…

Que penser de ce rapide aperçu de deux manuscrits préservés dans un fonds relativement mineur ? Que pèse la centaine d’exemplaires de Dār al-kutub al-waṭaniyya au regard d’autres collections libyennes qui en abritent des milliers ? Nous songeons aux sites étatiques et para-étatiques — al-Markaz de Tripoli, la Bibliothèque Universitaire de Benghazi, la Bibliothèque d’al-Asmariyya —, sans omettre les dépôts semi-institutionnels ou privés — du djebel Nefoussa, des zaouïas de Cyrénaïque ou des familles de notables à Ghadamès, pour ne citer que ceux-là6.

Ces éléments rappellent, si besoin était, l’importance d’établir des descriptions minutieuses en vue d’être communiquées ultérieurement au service de la communauté scientifique.

Sébastien Garnier (Centre Jean Pépin, Paris)
sebastiengarnier[at]hotmail[point]fr

Afaf Kadiki (Dār al-Kutub al-Waṭaniyya, Benghazi)
afafkadiki[at]gmail[point]com


Remarques d’Aboubakr Chraïbi (Inalco) à propos de « Deux exemples de littérature populaire à la Bibliothèque nationale de Libye (Benghazi) »

« Je dirai ici quelques mots du premier manuscrit, celui daté de 1035/1625.

D’abord, sa datation du début du 17e siècle en fait un document de travail intéressant par rapport aux mss habituels généralement plus tardifs.
Ensuite, c’est un bon représentant de la littérature médiane, de la même famille que les Nuits.
Nous ne sommes pas toujours responsables de la dénomination “littérature populaire”, que nous reconduisons depuis longtemps, mais il faut bien voir, dans certains cas, derrière la dénomination consacrée par l’Europe du 19e siècle, l’idéologie d’une époque.

Par ailleurs, Basset attribue à Galland la traduction des Onze journées d’après le suppl. ar. 1790 : c’est vrai et faux. C’est bien Galland qui a fait la traduction, mais pas Antoine comme on pourrait le croire, c’est son neveu, Julien-Claude (le ms suppl. ar. 1790 est postérieur à la mort d’A. Galland). Cette confusion a été signalée par Frédéric Hetzel. Il y aurait encore beaucoup à dire sur le texte de base utilisé par Basset, qui résulte d’une forgerie (Ibn al-Najjâr), mais il faut retenir la famille textuelle qui s’en rapproche le plus, qui va de l’oeuvre de Somadéva jusqu’à Sindbâd le sage (Id. Les sept vizirs), déjà cité par Ibn al-Nadîm aux côtés de Kalîla et Dimna et … des Nuits. Il s’agit globalement de littérature médiane.

Détail : je lirai ‘ashr wuzara plutôt que ‘ashr wuzur, sachant qu’alif et surtout hamza peuvent être omis, de la même façon pour shî / shay’.

Ce sont des documents très prometteurs, leur présentation est excellente et j’espère que nous aurons bientôt accès à l’ensemble. »


Image à la une : extrait de la page de garde du ms. DKW 00048

Citer cet article : Sébastien Garnier et Afaf Kadiki, « Deux exemples de littérature populaire à la Bibliothèque nationale de Libye (Benghazi) », in LiPoL – Littératures populaires du Levant, 10 octobre 2022, https://lipol.hypotheses.org/1132



Citer ce billet
Sébastien Garnier (2022, 10 octobre). Deux exemples de littérature populaire à la Bibliothèque nationale de Libye (Benghazi). LiPoL. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qwo9

  1. Autour d’un noyau fonctionnel — Hafed Abdouli (Université de Sfax, Tunisie), Enas Bubtana (Université de Benghazi, Libye), Sébastien Garnier (CJP/CNRS, France) et Aurélien Montel (CIHAM/Orient et Méditerranée, France) — se rassemblent des collègues issus des deux rives du bassin Méditerranéen. L’information sur les activités et contenus mis à jour circule régulièrement sur les réseaux sociaux : @LibMed1 sur Twitter ; https://www.facebook.com/MedievalLibya et https://www.facebook.com/groups/5115006121951509 sur Facebook. Contact email : libyemedievale[at]gmail[point]com. []
  2. Nous maintenons les singularités graphiques pour des motifs codicologiques ; en voici la traduction : « C’est ce qui nous est parvenu de l’histoire [du] Ḫiḍr et d’al-Ḫansāʾ de la manière la plus parfaite et la plus complète. Nous implorons Dieu [qu’Il nous garde] de toute lacune ou interpolation. La copie a été achevée de la main du très méprisable et misérable serviteur qui espère le pardon de son Noble Seigneur, le sayyid Ibrāhīm b. Šams al-Dīn al-Ḥusaynī, la nuit de jeudi 26 du mois béni de ṣafar en l’an 1035 [= 27 novembre 1625] de l’hégire prophétique… ». []
  3. Une remarque méthodologique s’impose ici. Le texte, en arabe moyen, oscille entre un registre littéraire standard et une variété dialectale a priori du Šām. S’il ne nous appartient pas de trancher sur l’oralisation des contenus, nous optons néanmoins systématiquement (autant que faire se peut) pour une vocalisation de type littéraire dans le corps de ce billet, assortie d’une proposition dialectale (telle qu’on l’entendrait au xxe siècle) en note de bas de page. Nous remercions notre collègue Iyas Hassan pour l’aide qu’il nous a apportée à cette fin. Réalisation dialectale : l-ʿašǝr wǝzǝr. []
  4. Réalisation dialectale : fa-ʿǝlǝʾ albo. []
  5. Le terme désigne un individu ayant vécu à cheval sur l’antéislam et la période qui s’ouvre avec la Révélation muḥammadienne. Il est utilisé aujourd’hui par extension pour désigner une personne ayant appartenu successivement à deux époques, deux écoles (artistiques, intellectuelles, académiques), deux courants idéologiques, etc. []
  6. Nous renvoyons à : F.M. Shambesh, « Libya », in Geoffrey Roper, World Survey of Islamic Manuscripts, Londres, al-Furqān Islamic Heritage Foundation, 1994, IV, p. 263-78. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 31/10/2022

    […] Deux exemples de littérature populaire à la Bibliothèque nationale de Libye (Benghazi), de Sébastien Garnier, sur le Carnet LiPol ; […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search